Logo projet Protéger
Logo L'Europe s'engage en Guadeloupe avec le Feder.
MENU

Protéger

Le projet « PROTÉGER », pour la promotion et le développement du génie végétal dans les rivières de Guadeloupe vise à préserver la biodiversité des milieux aquatiques, tout en protégeant les biens et les personnes des risques encourus lors des crues de rivière ou des évènements cycloniques.

Coût de la phase 2 : 975 025 €, financé à 65 % par l'Union Européenne via son fonds FEDER

Un projet novateur en 4 phases

Ce projet de grande envergure réunit l’ensemble des acteurs de la gestion et de la préservation des cours d’eau en Guadeloupe : Région Guadeloupe, collectivités locales, Office de l’eau, services de l’état, gestionnaires d’espaces naturels, etc.

Phase 1 —  2016 à 2018

Étude des ripisylves de Guadeloupe

La première phase du projet « PROTÉGER » a visé à caractériser les forêts bordant les rivières de Guadeloupe, jusqu’alors peu connues.
Elle a été financée par le Parc national de la Guadeloupe, l’Office de l’eau 971, la Région Guadeloupe et la Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DEAL) Guadeloupe.
Les résultats de la première phase du projet ont permis de défnir une typologie des ripisylves de Guadeloupe, et d’identifier 12 types de ripisylves (étude conduite par l’Office national des Forêts). Un ensemble d’espèces à fort potentiel pour leur utilisation dans le cadre de travaux en génie végétal a par ailleurs était défini.

Phase 2 —  2019 à 2022

Caractérisation des espèces et définition des techniques de génie végétal

La phase 2 du projet vise à une caractérisation plus précise des espèces et à une définition des techniques d’ingénierie écologique utilisables sur les berges des cours d’eau de Guadeloupe.
Les propriétés mécaniques des espèces de plantes présélectionnées lors de la phase 1 sont étudiées afin de connaître leurs modalités techniques d’utilisation dans les ouvrages. Ces travaux de recherche permettront également de connaître et maîtriser les capacités de reproduction de ces espèces et de donner les éléments techniques nécessaires à leur culture ultérieure en pépinière.
En parallèle de ces recherches, des chantiers pilotes seront menés dans les rivières en partenariat avec la Région Guadeloupe, maître d’ouvrage des travaux dans les cours d’eau. Ils permettront de tester en conditions réelles les espèces et techniques choisies.

Phase 3 

Transmission des connaissances

La phase 3 du projet permettra de former les acteurs guadeloupéens (entreprises, collectivités, etc.) à l’utilisation des techniques de génie végétal dans les rivières de Guadeloupe, via le développement d’une filière socio-économique dédiée. Des chantiers seront mis en œuvre en routine pour assurer l’évolution pérenne des pratiques, du génie civil vers le génie végétal.

Phase 4 

Communication des résultats

La phase 4 permettra de partager et diffuser les informations et connaissances développées au cours des premières phases à l’échelle de la Caraïbe. Un guide méthodologique de génie végétal applicable dans les Antilles dans le cadre des travaux et de l’entretien de cours d’eau sera réalisé.

Zoom sur la deuxième phase du projet

La phase 2 du projet est financée par

et par les trois partenaires techniques du projet :

La gouvernance de cette deuxième phase est assurée d’une part par un comité de pilotage composé des acteurs de l’eau et de la biodiversité en Guadeloupe, qui propose les orientations stratégiques du projet. D’autre part, un comité technique composé des quatre copilotes du projet (PNG, INRAE, UA) décide des orientations techniques : suivi et déroulement des recherches, publication des résultats, poursuite des travaux, etc.

facebook-squarelinkedin-squarecrossmenuarrow-uparrow-right