Logo projet Protéger
Logo L'Europe s'engage en Guadeloupe avec le Feder.
MENU

Premiers résultats des expérimentations !

Publié le 21/09/2021
Par Lucie Labbouz
Bouture de Piper dussii
laissée 6 mois en terre

L’expérimentation portant sur le bouturage d’espèces locales avait pour objectif d’évaluer le potentiel de multiplication végétative des espèces d’arbres, d’arbustes et d’herbacées ciblées selon des modalités simples et peu coûteuses, donc reproductibles pour les chantiers de génie végétal. Après avoir testé à petite échelle les capacités de bouturage des 44 espèces du projet, 23 espèces ont été sélectionnées au mois de juin dernier pour l’expérimentation « grande échelle ». 11 espèces d’arbres et arbustes, et 12 espèces d’herbacées, graminées et fougères ont été collectées, laissées en terre puis excavées. A ce stade, nous savons déjà que 6 espèces d’arbres et arbustes et 7 espèces d’herbacées bouturent à plus de 50 % !

Côté arbre, les « champions du bouturage » sont le bois carré, le résolu rivière et le figuier blanc, côté arbuste, certaines espèces de piper et la fougère bâtard ont également des taux de reprise importants. Pour les herbacées, la siguine, le curage, l’herbe soleil ou la fougère dorée ont également de très bonnes capacités de bouturage.

Les caractéristiques « aériennes » (croissance, nombre de ramifications, etc.) ainsi que celles du « système racinaire » ont été mesurées et sont en cours d’analyses afin d’évaluer le potentiel d’utilisation de ces espèces locales qui bouturent en génie végétal, sur les berges des rivières.

L’expérimentation portant sur les plantules de 6 espèces de légumineuses à quant à elle permis de déterminer deux espèces plus intéressantes à utiliser sur les chantiers de génie végétal, grâce à la croissance rapide de leur système racinaire dans les premiers mois de développement.

Le Pois doux petite feuille et le Mangle médailles ont une forte production de biomasse, avec un développement de racine pivot compatible pour une utilisation en génie végétal.
La savonnette rivière, le Pois doux rivière, et la savonnette grand bois sont moins performants d’un point de vue « génie végétal », mais restent utiles pour augmenter la diversité spécifique des ouvrages de génie végétal.

Certaines espèces ne sont pas strictement ripicoles et pourront être utilisées pour dans des projets de restauration, en Guadeloupe ou dans la Caraïbe.

facebook-squarelinkedin-squarecrossmenuarrow-up