Logo projet Protéger
Logo L'Europe s'engage en Guadeloupe avec le Feder.
MENU

Description

Arbuste (A) aquatique dressé (1,5-3,5 m), enraciné, porté par une longue tige cylindrique (3-6 cm de diamètre) (B), souvent renflée à la base, creuse, avec (ou sans) épines courtes et aplaties. Pétiole (C) de 18- 30 cm de longueur. Grandes feuilles (D, E) simples, alternes, entières. Limbe sagitté (20-35 cm), épais et cireux, à marge ondulée, entière; lobes basilaires plus grands que le lobe terminal. Nervures latérales saillantes en dessous. Inflorescences (F) portées par un pédoncule érigé (15 cm longeur), avec une spathe ouverte et un spadice libre, cylindrique, vert à l’extérieur et blanc ou pourpre à la base à l’intérieur. Infrutescence jusqu’à 15 cm de longueur x 10 cm de diamètre. Fruits (G) : baies, spongieuses à la base, ligneuses à l’apex. Chaque fruit contient une graine ovoïde, lisse.

Distribution géographique

Espèce commune en Guadeloupe, n Martinique, en Amérique centrale, en Amérique du Sud, et à Trinidad. Elle est aussi présente en Dominique, à Ste. Lucie, à St. Vincent et à Grenade.

Statut uicn

Préoccupation mineure (LC)

Usage

Au nord du Brésil, les études montrent que Montrichardia arborescens forme une barrière naturelle pour le maintien des berges et la protection de la forêt de l’estuaire. En Guyane, la végetation de l’estuaire et de l’arrière mangrove est structurée par l’association de l’espèce au palmier pinot et au palétuvier rouge (Rhizophora mangle). Aux Antilles, les graines sont réputées comestibles. L’espèce possède un suc caustique utilisé contre les cors.

Ecologie

Habitat : Espèce grégaire, majoritairement de marais, canaux cours d’eau, lagons et bordures de forêts inondables de basse altitude (forêt à Pterocarpus).

Altitude : 0-20 m. Observée lors de l’étude des ripisylves* entre 1-15 m.

Phénologie : La floraison a lieu d’avril à mai.

Caractéristiques pour l’utilisation en génie végétal

Conditions
d’utilisation

Exigences de l’espèce : Espèce héliophile structurante de marais ou prairie humide; de lisière de cours d’eau de forêt de galerie (à Pterocarpus). Tolérante à la submersion temporaire (comportement amphiphyte) et souvent enracinée dans l’eau douce (hélophyte). Exigences édaphiques : Sols argileux volcanique inondé. Position sur berge et préférence de berge : En bas de berge (jusqu’à1m de hauteur), sur pentes faibles (<30°).

Espèces de génie végétal associées (à adapter suivant l’altitude) :

Annona glabra, Pterocarpus officinalis, Ischnosiphon aroumo, Mimosa pigra, Ludwigia hyssopifolia.

Types de ripisylves : T2 - Rivière en zone inondable

Physique

Anastomose : racines : oui - Tiges : oui

Ancrage du système racinaire : rhizome

Types de rameaux : rameaux nombreux, souples et peu fibreux

Capacité de recouvrement : moyenne à forte en strate arborée

Croissance

Multiplication végétative : non observée sur le terrain

Capacité de reproduction : forte par graines. La plante repousse bien avec recépage

Types de rameaux : rameaux nombreux, souples et peu fibreux

Capacité de régénération suite à une perturbation (si rabotée, coupée, affouillée) : forte, par rejet (H)

Source : Gayot, M., Procopio, L., Conjard S., Boulange E., Bernus J. (2018). Étude de la typologie des ripisylves de Guadeloupe et proposition d’espèces utilisables en génie végétal sur les berges ; volume i : rapport d’étude. Office national des Forêts. Basse-Terre, Guadeloupe. 106p.

Relecture : E. Mira, B. Dessange

facebook-squarelinkedin-squarecrossmenuarrow-uparrow-right