Logo projet Protéger
Logo L'Europe s'engage en Guadeloupe avec le Feder.
MENU

Description

Petit arbre (A) qui peut atteindre 10 m de haut et 27 cm de diamètre, à contreforts. Ecorce (B) grise à noirâtre et très fibreuse, légèrement fissurée longitudinalement sur jeune arbre de 8 cm de diamètre ou fissurée en bandelettes étroites plus ou moins anastomosées et assez profondes. Feuilles (C, D) alternes et distiques, de 7-15 x 4-6 cm; ovales, oblongues ou elliptiques ; apex acuminé et base arrondie ; nervure médiane imprimée ; glandes translucides sur le limbe. Fleurs solitaires, subglobuleuses (10- 15mm) ; 6 pétales vert-jaunâtre, concaves, valvaires, épais et charnus. Fruits (E) jaune-orangé, cordiforme, ovoïdes à sphériques, (5-11 x 4-7 cm), pendants, lisses, faiblement auréolés, arrondis au sommet, imprimés à la base, de couleur vert clair puis jaune, tâchés de brun à maturité, pulpe orange, aromatique, insipide. Graines marron, longues d’env. 15 mm.

Distribution géographique

Espèce présente en Floride, aux Grandes Antilles et en Amérique centrale, de la zone côtière du Mexique au Sud du Brésil. Présente aussi sur les côtes d’Afrique de l’Ouest et sur presque toutes les îles des Petites Antilles sauf Anguilla, Saint-Martin, Saint-Barthélemy, Saba, Saint-Eustache, St Kitts, Nevis et Montserrat.

Statut uicn

Préoccupation mineure (LC) aux Antilles. Espèce envahissante au nord de la Nouvelle-Calédonie où elle a été introduite.

Usage

Fruit non comestible ; mangé par les crabes. Les racines spongieuses servent à faire des bouchons et des flotteurs pour les filets de pêche. Les feuilles sont utilisées en tisane pour leur effet antidysentérique.

Ecologie

Habitat : Annona glabra est une espèce de milieu forestier d’arrière-mangrove, de forêt de transition à Laguncularia et de forêts à Pterocarpus. Elle est assez fréquente en bord de cours d’eau ou de mares de zone calcaire. Elle est aussi présente en peuplements presque purs dans les endroits marécageux peu anthropisés.

Altitude : 0-150 m; rare à 180-200 m. Observée lors de l’étude des ripisylves* entre 3-73 m.

Phénologie : La floraison a lieu de juillet à janvier ou de novembre à mai et la fructification s’étend de mars à mai. Les graines peuvent être transportées par l’eau, notamment l’eau de mer. L’espèce est décidue à semidécidue. La plupart des feuilles tombent avant la venue des nouvelles feuilles.

Caractéristiques pour l’utilisation en génie végétal

Conditions
d’utilisation

Exigences de l’espèce : Espèce structurante et héliophile de milieu forestier marécageux ou sableux. Pluie journalière décennale associée : 165 mm. Tolérante à la submersion temporaire (amphiphyte) ou à racines dans l’eau (hélophyte). Exigences édaphiques : Sols sableux inondables, eaux douces ou saumâtres. Position sur berge et préférence de pente : Indifférente pour ces deux paramètres.

Espèces de génie végétal associées (à adapter suivant l’altitude) :

Pterocarpus officinalis, Inga ingoides, Piper spp, Thelypteris reticulata, Inga laurina, Chrysophyllum argenteum, Blechnum occidentale, Sphagneticola trilobata, Acrostichum danaeifolium. Sur sols calcaires : Homalium racemosum.

Types de ripisylves : T2 - Rivière en zone inondable,T5 - Rivière semi-ouverte

Physique

Anastomose : racines : oui - Tiges : oui

Ancrage du système racinaire : racines traçantes bien développées (F)

Types de rameaux : rameaux nombreux, fibreux, non cassants

Capacité de recouvrement : Moyenne à fort en strate arborée et arbustive

Croissance

Multiplication végétative : non observée sur le terrain

Capacité de reproduction : absence de formation de tapis de plantules

Types de rameaux : rameaux nombreux, fibreux, non cassants

Capacité de régénération suite à une perturbation (si rabotée, coupée, affouillée) : relativement forte, présence de rejets et formation en cépée

Source : Gayot, M., Procopio, L., Conjard S., Boulange E., Bernus J. (2018). Étude de la typologie des ripisylves de Guadeloupe et proposition d'espèces utilisables en génie végétal sur les berges ; Volume i : rapport d’étude. Office national des Forêts. Basse-Terre, Guadeloupe. 106p.

Relecture : E. Mira, B. Dessanges

facebook-squarelinkedin-squarecrossmenuarrow-uparrow-right