Logo projet Protéger
Logo L'Europe s' engage en Guadeloupe avec le Feder.
MENU

Description

Arbuste ou petit arbre (A) de 2 à 8 m de hauteur et pouvant atteindre jusqu’à 40 cm de diamètre. Imposantes racines aériennes (racines- échasses) (A) disposées en arceaux jusqu’à 2,5m de haut. Ecorce (B) grise-noirâtre. Rameaux verticillés. Branches couvertes de cicatrices foliaires et stipulaires, stipules étroites et lanceolées. Feuilles (C) opposées, épaisses, elliptiques (5-15 cm de longueur), face supérieure de couleur vert foncé et lustrée (D), face inférieure ponctuée de noir (E). Fleurs (F) groupées par paires, sépales jaune épais et coriaces, étalés ou réfléchis, carénés à l’intérieur; pétales jaunes pâles, coriaces à marge cotonneuse. Fruits (G) coniques de 2-3 cm. Graines (G) germent directement sur l’arbre et développent une radicule d’une trentaine de cm de longueur après germination, brunâtre dans le tiers supérieur.

Distribution géographique

Espèce très commune à Saint-Martin, en Guadeloupe, à Marie-Galante et en Martinique. Elle est aussi présente à Barbuda, Antigua, Saint Kitts, Montserrat, Saint-Lucie, Saint-Vincent, Grenade et Trinidad. Elle est aussi présente dans les Grandes Antilles, en Floride, en Amérique Centrale, en Amérique du Sud, en Afrique occidentale et en Polynésie.

Statut uicn

Préoccupation mineure (LC)

Usage

Bois lourd et dur, utilisé pour faire des poteaux, des pilotis et comme bois de chauffage. Assez résistant aux champignons mais susceptible d’être attaqué par les termites. Écorce riche en tanin utilisée autrefois pour la tannerie. Médicinal : écorce râpée comme antidote contre les piqûres de raies et de poissons et action fébrifuge.

Ecologie

Habitat : Espèce structurante de la mangrove, presque toujours en population dense. En mangrove dite «arbustive», l’espèce est monospécifique ou mélangée avec des palétuviers noirs (Avicennia germinans). En mangrove dite « haute », elle se mélange avec le palétuvier blanc (Laguncularia racemosa) et le palétuvier gris (Conocarpus erectus). Les racines de Rhizophora mangle présentent de nombreuses lenticelles et un tissu lacuneux-spongieux permettant la circulation de l’air (tissu aérenchyme) ce qui lui permet de vivre dans des environnements salins et partiellement submergés par l’eau.

Altitude : Niveau de la mer. Observée lors de l’étude des ripisylves à 1m.

Phénologie : Fleurs de juin à septembre. Fruit germe sur l’arbre (plante vivipare) de août-septembre.

Caractéristiques pour l’utilisation en génie végétal

Conditions
d’utilisation

Exigences de l’espèce : Espèce pionnière, héliophile, à rôle structurant de la forêt de mangroves. Pluie journalière décennale associée : 152 mm. Tolérante à la submersion temporaire (comportement amphiphyte) et souvent enracinée dans l’eau saumâtre (comportement hélophyte). Exigences édaphiques : sol d’origine volcanique et calcaire temporairement humide ou inondé. Position sur berge et préférence de pente : En bas de berge (jusqu’à 1 m de hauteur) sur pentes faibles (<30°). Espèces de génie végétal associées :

Espèces de génie végétal associées (à adapter suivant l’altitude) :

Dans certaines zones moins salées, l’espèce partage le milieu avec Avicennia germinans (palétuvier noir) et Acrostichum danaeifolium (fougère dorée).

Types de ripisylves : T1 - Mangrove

Physique

Anastomose : Racines : oui - Tiges : non

Ancrage du système racinaire : Racine pivotante et racines aériennes bien développées (H)

Types de rameaux : Rameaux nombreux, peu souples, non cassants

Capacité de recouvrement : Assez forte en strate arborée, arbustive et herbacée

Croissance

Multiplication végétative : Non observée, non documentée

Capacité de reproduction : Forte reproduction par graines et formation de tapis de plantules (H)

Types de rameaux : Rameaux nombreux, peu souples, non cassants

Capacité de régénération suite à une perturbation (si rabotée, coupée, affouillée) : Non observée sur le terrain

Gayot et al. (2018). Étude de la typologie des ripisylves de Guadeloupe et proposition d’espèces utilisables en génie végétal sur les berges. Office National des Forêts de Guadeloupe

 

Relecture : Mira E., Dessanges B.

facebook-squarelinkedin-squarecrossmenuarrow-uparrow-right